• L'Australie est un continent de contraste. On y rencontre les animaux les plus inofencifs qui soient et les plus dangereux également (pour mémoire, les 10 serpents les plus venimeux du monde sont australiens). Mais la où ces charmantes bêtes savent être vicieuses c'est que le danger ne se trouve pas toujours où on l'attend, un parfait exemple étant le Drop Bear.
    Le Drop Bear est un marsupial (jusque la rien de surprenant pour un animal australien) apparenté au koala (donc un des animaux les plus mignons qui soit). Il est cependant plus large que son charmant cousin et carnivore. Il vit dans les arbres et se jette griffes en avant sur tout ce qui passe en dessous pouvant servir de repas (et donc occasionnellement sur des pauvres touristes). Pour se protéger de ces attaques les locaux préconisent de porter une fourchette dans les cheveux ou se tartiner le haut des oreilles de vegemite ou dentifrice.
    Mais rassurez-vous, ces ridicules précautions sont obsolètes puisque l'on a pas vu de Drop Bear depuis des lustres. Les plus terre-à-terre diront qu'il s'agit d'un mythe pour effrayer les touristes américains. D'autres diront que c'était une jolie fable pour éloigner les enfants des eucalyptus dont la chute fréquente de branche peut être dangereuse. Enfin, les passionnés vous raconteront que cet animal a vraiment existé, également appelé koala géant (Phascolarctos stirtoni), un marsupial arboricole trois fois plus gros qu'un koala vivant en Australie à l'époque du Pléistocène (et ayant peut être survécu ...) et se jettant sur ses proies à la manière du couguar.
    Alors, récit effrayant pour terroriser les nouveaux venus ou contre-récit rassurant pour faire oublier les dangers australiens ???


    2 commentaires
  • Avec le beau temps, voici un nouveau fléau qui arrive : Les mouches !
    (oui, oui, c'est bien des mouches les points sur le dos de David !)
    Elles sont là par centaines à nous tourner autour, des petites mouches de 5mm. Et rien à voir avec les mouches françaises qui volent de manière aléatoire et vont parfois se poser sur votre jambe. Non, celles-ci savent ce qu'elles veulent et ce qu'elles aiment particulièrement c'est le visage et elles vont tout faire pour entrer dans votre bouche, nez, oreilles, yeux (jusqu'à ce coincer derrière les lunettes de soleil les idiotes).
    Les gens passent leur temps à faire de grands gestes pour les chasser, d'où la légende du salut australien (qui n'en est pas une donc puisque ce geste est effectivement très répandu ici). Les plus malins vont accrocher des bouchons à une ficelle autour de leur chapeau pour chasser les mouches d'un simple mouvement de tête (ils n'ont pas l'air malin, oui, mais sont tranquilles au moins). Austre solution, essayer de rester zen et de supporter ces parasites comme le font les aborigènes. Mais ça, ça marche deux secondes et plus on essaie de supporter, plus on focalise sur la bête.
    Heureusement, la nuit tombée elles vont se coucher et laisse place ... aux moustiques !


    3 commentaires
  • On rencontre de nombreux pélicans le long de la Swan River. Vous savez, ces grands oiseaux piscicoles avec une poche extensive sous leur bec. Pas étonnant qu'on les trouve à Perth car ces oiseaux vivent dans les régions tropicales ou tempérées chaudes à proximité de cours d'eau, lacs ou vastes zones humides.
    On a même « notre » espèce de pélican : l'Australian Pelican ou pélican à lunette en français, que l'on trouve en Australie mais également en nouvelle Guinée et aux îles Fiji. C'est un pélican de taille moyenne, mesurant de 1,6 à 1,8 mètres de long pour une envergure de 2,3 à 2,5 mètres. Son plumage est blanc avec du noir sur le bord des ailes. Le bec, rose pâle est très grand, c'est le plus grand bec d'oiseau connu avec une longueur record de 49 cm.
    Le pélican est un animal colonial et ils se regroupent pour la nidification. La nidification se fait souvent au sol mais ça n'empêche pas les pélicans de faire des acrobaties sur les lampadaires.

    Pour d'autres photos de pélicans allez voir l'album "oiseaux"


    4 commentaires
  • Ridicule non ?
    Le Xanthorrhoea est un monocoty
    lédone de la famille des Xanthorrhoeaceae, originaire d'Australie. Il doit son nom à la résine jaune qu'il produit et qui était utilisée comme colle par les aborigènes (cf. article « petite recette aborigène »).
    Bon, là je vous sorts des noms savants mais je viens juste de les apprendre, le nom commun de cet arbuste est « grass tree » appelé également « blackboy » dû à sa ressemblance avec, au choix, un tronc surplombé d'une touffe d'herbe ou un jeune aborigène. Son nom nyongar(aborigène) est Balga.
    Le tronc pousse très lentement (1.5 cm/an), les arbres que l'on rencontre fréquemment font entre 1m et 1.5m. Certains présentent au printemps une hampe florale pouvant aller jusqu'à 2m. Cet arbuste est bien adapté au bush australien et à ses feux de fôret : Sa floraison est stimulée par le feu et les printemps suivant un feu sont toujours les plus fleuris.
    Le grass tree est un arbre tres utiles pour les aborigènes :Ses fleurs étaient utilisées en infusion par les aborigènes pour leur richesse en nectar. La hampe était parfaite en tant que lance pour attraper les poissons. Les fleurs pouvait également servir de boussole : Les fleurs exposées au nord de la hampe éclosent avant celle exposées au sud (enfin, si c'est comme le coup de la mousse sur les arbres ...). Et comme on l'a dit plus haut, la résine permet de réaliser une colle efficace pour la fabrication d'outils ou de didgeridoos.

    Bref, une petit arbre incontournable dans la campagne ouest-australienne.


    votre commentaire

  • L'Australie est le royaume des oiseaux, dés que vous sortez vous êtes sûrs d'entendre un chant (cri) d'origine avière : rire sarcastique de Kookaburra, vomissement de corbeau, bruits d'agraffeuse et gazouillis diverses. Mais on ne fait pas que les entendre, il est également facile de les observer et dans certaines fôrets ils viendront même manger dans votre main.
    L'australie compte 670 espèces d'oiseau, il y en a des toutes les couleurs et toutes les formes : des austères corbeaux et pies aux rainbow lorikeet (perruches arc-en-ciel). Les perruches et peroquets sont magnifiques. Celui dans la main de Dav est un australian ringneck (perruche à collier jaune). On l'a attiré avec des graines mais on aurait aussi bien pu l'appater avec des saucisses, surveillez vos barbecue !
    Pour un aperçu de la diversité de ces volatiles allez voir l'album oiseaux.

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique